j’ai rêvé

blues, humeur, noir, tiroir

j’ai rêvé

l’amour était parfait

je me sers un café et je reviens sur ce matelas trop dur
comme un éphémère se colle au réverbère

j’entends quelqu’un qui s’approche
« qu’est-ce qui ne va pas ?
tu as perdu quelque chose ? »

« n’approchez pas où je tire ! »

et j’envoie une rafale
de pruneaux dans les murs

mais mon chargeur se vide et
des femmes en profitent
pour entrer

« je t’avais dit que cette lopette était encore au pieu »

elles
ont des mâchoires tuméfiées
et des valises vides sous les yeux
(des valises qui ne voyagent jamais)

« hé mec, tu voudrais pas ouvrir tes volets ? »

et elles consument leurs mégots dans l’obscurité
et l’écrasent sur leur peau

« je sais pas ce que j’ai ce matin, bordel de merde j’ai mal au dos »

elles
ont peut-être des raisons de se plaindre,
mais je préfère me dire
qu’elles ont mérité cette pauvreté
« cassez-vous, s’il vous plait »
« bah, fais pas ton rabat joie
allez mon vieux, dis-nous qu’est-ce qui va pas ? »

j’ai rêvé des femmes de Milo Manara
voilà ce qui va pas !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s