court

je n’ai jamais eu grand chose à dire, pas d’argument pour sauver les sourires de la menace des pesticides, je regarde le ciel de la mémoire ébouillantée, des aviateurs obsolètes. les particules de soleil qui se cognent sur les antennes, jusqu’à mon cellulaire fantôme qui porte la voix des coupables jusqu’à mon oreille laxiste. c’est un idiot au bout du fil des cicatrices vaginales. allo? allo? quelle heure qu’il est?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s