Esprit

parabole, peinture

Tous les autres avaient perdu l’esprit. Mais lui restait stoïque, un combattant au repos. Ne restait qu’à traverser sans se faire renverser, de l’autre côté, où tout recommencerait. Au loin, c’était le bruit d’une révolution vaincue. Le bus se rapprochait, comme un fantôme de ferraille, porteur de son passé. Mais il faisait le vide. Imperturbable face au spectacle de la rue. Dans un moment, il y aura la fusion, entre voir et comprendre. Dans un instant, si jamais il traversait, sans se faire renverser.

_MG_0626

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s